Nouveau : Essayez mon AI Bot nouveau film

10 termes et mèmes futuristes utiles : Les néologismes préférés du futuriste Gerd Leonhard

10 termes et mèmes futuristes que tout le monde devrait connaître

Téléchargement PDF 3MB : Gerd's 10 termes et mèmes futuristes utiles

Pour en savoir plus, lisez mon nouveau livre  Technologie contre humanité 

Nouveau : Traduction espagnole par Fernando del Rio  (PDF : 10 termes et expressions futuristes)

Je suis récemment tombé sur l'article de George Dvorsky sur io9.com intitulé 20 termes cruciaux Tous les 21st Le futuriste du siècle doit savoir'. La semaine dernière, je me suis dit que je devais partager ma propre liste de termes et de mèmes que j'ai soit créés moi-même, soit empruntés, dérivés ou remixés à d'autres. La paternité certifiée de ces mèmes est probablement moins importante, btw, et est souvent difficile à définir (voir  le bon vieux "data is the new oil" (les données sont le nouveau pétrole) ). Je ne m'attribuerai donc pas le mérite d'avoir inventé ceux qui ne sont pas clairement les miens.

Pour certains d'entre eux, j'utilise un hashtag Twitter afin que vous puissiez facilement trouver mes articles connexes. En outre, vous pouvez également consulter mes lecture partagée des mises à jour sur GerdFeed.com pour en savoir plus sur la plupart de ces questions ou découvrir de nouveaux termes que je développe.

1) L'emploi

Une pléthore de recherche récente prédit que de nombreux emplois répétitifs ou hautement standardisables, tels que la comptabilité, les caisses des magasins ou les simples analyses financières, seront bientôt "automatisés", c'est-à-dire que ces tâches seront de plus en plus prises en charge par des logiciels et des robots intelligents, des machines intelligentes et des "assistants numériques intelligents" (qui dépasseront de loin ce que Siri d'Apple ou Cortana de MSFT sont déjà en mesure de faire aujourd'hui).BoG Gerd Leonhard future of jobs work human only

C'est ce que j'appelle parfois "l'IA de base", dont une grande partie est déjà "bien" utilisée par des produits tels que GoogleNow ou par des entreprises telles que Narrative Science, Inc, dont le logiciel construit (c'est-à-dire écrit) des articles pour Forbes, ou dans de nouveaux appareils de télédiagnostic médical tels que le Scanadu.

Si les logiciels et les machines peuvent effectivement prendre en charge ces emplois dans un avenir proche, nous devrons peut-être bientôt redéfinir ce que signifie "travailler" ou "gagner sa vie" - et nous devrons peut-être découpler le "travail" du fait de gagner sa vie. Cela représentera un énorme défi non seulement pour les individus et leurs employeurs, mais aussi pour les gouvernements et les établissements d'enseignement.

Mon néologisme #ravail décrit cette fusion prochaine du "travail" et de l'"occupation", c'est-à-dire un avenir dans lequel tout ce que nous nous sentons obligés de faire (c'est-à-dire ce à quoi nous nous occupons) pourrait simplement devenir notre "travail". Si, par exemple, je m'occupe de rendre ma communauté plus sûre en renforçant la collaboration entre les citoyens et les autorités locales, cela peut être considéré comme le "travail" que j'ai choisi de faire et qui est ensuite rémunéré dans le cadre d'un programme comme le revenu minimum garantiC'est-à-dire une "réserve d'argent" dans laquelle je peux puiser pour me libérer et me consacrer à des tâches utiles comme je l'entends. Les musiciens, les artistes, les écrivains, les activistes, les entrepreneurs, les technologues et d'autres pourraient bénéficier d'un bon coup de pouce grâce à ce passage du "travail" pour gagner sa vie au "travailupation", et le chômage technologique ou structurel résultant de l'automatisation et de l'essor inévitable des machines intelligentes pourrait être au moins partiellement résolu de cette manière.

Tirer un bénéfice monétaire de l'emploi sera certainement très différent de la manière dont nous gagnons notre vie aujourd'hui, car nos professions pourraient être dissociées de la monétisation. Mon pays d'origine, la Suisse, a débattu d'une telle possibilité. initiative sur le revenu de base inconditionnel qui garantirait une allocation mensuelle à chaque citoyen. Je ne suis pas tout à fait sûr que cette approche soit durable, et elle semble certainement vouée à l'abus, mais... nous verrons.

À ce sujet : lisez mon article invité du Guardian sur l'avenir de la connaissance à l'ère des machines intelligentes".

2) Obésité numérique

Avec une quantité toujours croissante d'informations, de données, de médias et d'autres contenus disponibles n'importe où, n'importe quand et à un prix beaucoup plus bas (enfin... surtout gratuitement ou pour quoi 'semble gratuit), beaucoup d'entre nous deviennent quelque peu dépendants du flux constant d'informations, de mises à jour, d'encouragements et de notifications, de la même manière que la malbouffe, le sucre et les additifs alimentaires courants laissent certains d'entre nous toujours en manque. les hauts dans les médias sociaux.

Une chose est sûre : il est de plus en plus difficile de gérer le volume et la vitesse croissante des "choses" dont nous sommes bombardés à chaque minute de notre vie éveillée. Bientôt, l'hyperconnectivité mondiale à très faible coût, les appareils mobiles bon marché mais incroyablement puissants et l'omniprésence des médias sociaux risquent d'être des facteurs déterminants pour la survie de l'humanité.
provoquent encore plus de (sur)consommation - c'est bon marché/gratuit et ça a bon goût ! Résultat : nous devenons "numériquement gros".

Beaucoup d'entre nous (moi y compris, dans une certaine mesure) sont déjà devenus toujours joignables, toujours en ligne et toujours dans le flux. Certaines études récentes indiquent qu'en moyenne, les gens travaillent aujourd'hui environ 20% de plus qu'avant la révolution informatique SoLoMo (social-local-mobile). La révolution informatique SoLoMo (social-local-mobile) qui en résulte #obésité numérique Il est tout à fait certain que l'information et les médias numériques posent des risques sérieux pour notre santé mentale, notre créativité, notre productivité et notre bien-être en général - et je peux certainement ressentir ce défi dans ma propre vie. Par conséquent, notre régime d'informations et de médias numériques doit être géré de la même manière que notre régime physique - plus n'est généralement pas mieux, et "plus vite" non plus (aïe). Mais une approche "tout ou rien" ne fonctionnera probablement pas non plus - alors comment pouvons-nous encore être "dans l'instant" (voir ci-dessous) alors qu'à d'autres moments nous devons toujours être "dans le futur" ? Et en même temps, le hors ligne devient le nouveau luxeLe projet de loi a été adopté à l'unanimité par l'Assemblée nationale.

Lecture connexe : mon FastCoExist article invité sur la manière dont les entreprises technologiques favorisent l'obésité numérique. Ne manquez pas de regarder TheFutureShow sur le thème "Le hors ligne est le nouveau luxe".

3) Datawars

C'est de loin le mème le plus populaire que j'ai concocté (ou remixé ?) depuis 2013, pendant l'"été Snowden". Alors que les données deviennent vraiment le nouveau pétrole (pardonnez-moi d'utiliser cette bonne vieille métaphore de 2006) et finira par dépasser la valeur de l'économie des combustibles fossiles, soit environ $8 Trillion par an, il deviendra également le principal déclencheur de guerres (numériques) ou d'autres cyberconflits graves, comme le montre l'étude de l guerre" menée par la Commission européenne à nouveauCyber war with computera croyance effrontément cachée de Google selon laquelle "tout ce qui se passe doit être connu" (pour emprunter un terme de la littérature de l'époque) est une réalité. Le livre "The Circle" de Dave Eggers). Ne vous y trompez pas : les données, c'est le pouvoir, plus de données, c'est plus de pouvoir....et des données intelligentes, en réseau et interconnectées, c'est le pouvoir ultime. Et oui, Google / Facebook et consorts veulent pouvoir se souvenir de ce qui suit tout.

Les révélations d'Edward Snowden sur PRISM et la NSA au cours de l'été 213 nous ont brutalement réveillés de cette sorte de béatitude pendant laquelle nous échangions nos données les plus personnelles contre l'utilisation "gratuite" de ces applications, plateformes et services incroyablement pratiques, dans une série d'accords faustiens sans fin (lisez mon article intitulé "Pourquoi la NSA ? L'affaire Prism change la donner" 2013 pour le contexte)

Aujourd'hui, cependant, il devient tout à fait clair qu'un point d'inflexion a été atteint et que le jeu a basculé ; nous (les utilisateurs) sommes en effet devenus instrumentalisés - comme le résume avec justesse un autre mème populaire : 'si vous ne payez pas, vous êtes le contenu". Bien que cela ne soit pas encore évident pour un grand pourcentage de la population (du moins aux États-Unis ou au Royaume-Uni, semble-t-il), je m'attends à ce que ce dilemme devienne rapidement évident pour tout le monde lorsque nous aurons des "fukushimas de données" plus graves - et ce n'est qu'une question de temps. Datawars sont là pour rester et, à mon avis, nous avons besoin d'urgence d'accords mondiaux de non-prolifération des données, tout comme nous avons des accords de non-prolifération nucléaire. De plus, bientôt, la prochaine grande chose brillante qui fait frémir d'excitation toutes les grandes entreprises technologiques et les cartels de l'informatique en nuage - la " technologie de l'information en nuage " - sera mise en place.Internet des objetsou, plus magnanime encore, l'"internet de tout", couvrira le monde de milliards d'appareils en réseau, des lunettes aux montres-bracelets connectées en passant par les feux de circulation et les capteurs environnementaux, qui suivront littéralement tout ce qui se passe, n'importe où dans nos maisons. Une loi mondiale sur les droits numériques sera cruciale, à mon avis, parce que je ne pense pas qu'il y ait un moyen d'arrêter cette tendance ou même de la ralentir. Si la technologie n'a pas d'éthique, qui veillera à ce que nous ne finissions pas dans un monde qui n'en a pas ?

4) DataMYning

Les révélations de Snowden sur la NSA en 2013 ont mis pas mal de gens en colère ; beaucoup d'autres se sont sérieusement inquiétés de l'hébergement de leurs données aux États-Unis, où toutes les entreprises technologiques sont soumises à une lecture de plus en plus totalitaire du Patriot Act et d'autres lois résultant des attentats du 11 septembre 2001. De plus en plus, les personnes, les entreprises et les gouvernements voudront s'assurer que leurs données restent à leur disposition. seulement leurs - et c'est là que les #datamyning arrive. J'ai découvert ce néologisme cool en 2013, via Trendwatching.comet a commencé à l'utiliser davantage fréquemment parce que je pense qu'il s'agit d'une tendance durable. Les technologies qui promettent de protéger la vie privée des individus (telles que ProtonMail, OwnCloud, Spideroak, Blackphone, etc., que j'ai toutes essayées ou que j'utilise actuellement) suscitent un intérêt croissant, mais si l'on considère les coûts qu'elles engendrent, il est difficile d'en tirer profit. Seuls les riches et les privilégiés pourront-ils conserver un certain anonymat, acheter leur vie privée ou MYne leurs données ? Nous retrouverons-nous alors avec une sorte de  Richesse de la vie privée" ? Dans un avenir proche, la loi de Moore pourrait avoir pour conséquence involontaire que seuls ceux qui disposent de ressources importantes puissent encore être privés - un scénario effrayant qui ajoutera certainement un nouvel angle au débat sur l'inégalité.

Les chanceux seront peut-être ceux d'entre nous qui n'ont pas besoin d'être présents sur les réseaux sociaux parce qu'ils n'ont tout simplement pas besoin d'un graphique social puissant pour générer des affaires pour eux ; ceux qui peuvent se permettre d'avoir quelqu'un qui gère leur propre courrier électronique et leurs serveurs de fichiers ; ceux qui peuvent utiliser le cryptage pour tout ce qu'ils font, y compris les téléphones mobiles... Tous les autres seront la proie des puissants. Les sirènes de l'Internet (comme les appelle Jaron Lanier) parce qu'ils ne peuvent tout simplement pas résister, qu'ils ne connaissent pas mieux, qu'ils s'en moquent et qu'ils n'en ont pas les moyens.

5) Broadbanding 

#diffusion décrit la tendance à utiliser l'accès à l'internet à large bande et à l'internet mobile pour remplacer (ou plutôt pour renforcer et remplacer) la radiodiffusion. Hulu, la BBC broadcasting broadbanding gerd leonhardiPlayer, Netflix et la très cool société suisse Wilmaa peut rivaliser avec la télévision par câble ou par satellite, Google News et ses applications avec les journaux imprimés, Flipboard avec les magazines, Pandora a déjà remplacé la radio terrestre, etc. Le haut débit représente un défi de taille pour la radiodiffusion, et la seule solution (pour les deux) est la convergence. Les utilisateurs des médias d'aujourd'hui ne sont plus de simples destinataires de "choses venant d'en haut", c'est-à-dire d'émissions ; ils ne sont plus de simples consommateurs passifs de contenus monétisés et sécurisés qui leur sont transmis d'en haut. L'interaction est de plus en plus importante, tout comme l'adaptation et la personnalisation. Les radiodiffuseurs, les studios et les chaînes de télévision du monde entier commencent à se rendre compte que plus les gens se connectent à haut débit, sur les réseaux mobiles et sociaux, plus leur ancien "monopole de l'attention" se réduit, ou du moins s'affaiblit. Les marchés de masse traditionnels, vastes et très lucratifs, convergent désormais vers une masse mondiale de marchés de niche, et la télévision est rapidement absorbée par l'internet. La télévision n'est plus un produit, c'est-à-dire une boîte ou un appareil, mais un service ou une expérience, et elle vit dans le nuage. La radiodiffusion rencontre le haut débit - et c'est une bonne nouvelle pour les industries de la télévision et du cinéma !

 6) #Telemedia

Les télécommunications, les médias et le divertissement, la télévision et la radiodiffusion étaient auparavant des secteurs plus ou moins distincts, les opérateurs de télécommunications se concentrant sur l'infrastructure et les réseaux, et les sociétés de divertissement sur la production de contenu et sa distribution monétisable. Aujourd'hui, alors que le haut débit mobile rapide engloutit le monde et que les entreprises de médias sociaux deviennent les nouveaux diffuseurs (oui... nous sommes le content...), nous nous dirigeons rapidement vers un monde dans lequel les télécommunications / TIC et les différents secteurs des médias convergent. C'est ce que j'appelle TeleMedia Futures. Les câblo-opérateurs sont en train de perdre la bataille pour les millenials, car ces "cord-nevers" préfèrent Netflix et Hulu pour diffuser du contenu HD "over the top" sur leurs smartphones, tablettes/phablettes et téléviseurs intelligents. Et pendant qu'ils regardent "House of Cards" ou "Lilyhammer" sur leurs iPads ou autres tablettes, de nombreuses personnes utilisent simultanément Twitter, Whatsapp et Facebook sur leurs smartphones. SocialTV est appelée à devenir une activité commerciale de premier plan. Télémédia la convergence. Les sociétés de télécommunications, les fournisseurs d'accès à Internet et les opérateurs de téléphonie mobile doivent créer un nouvel écosystème avec les producteurs et les distributeurs de contenu. L'interdépendance est l'avenir.

7) Publicité

#publicité est mon propre portmanteau / remix décrivant la convergence à venir du contenu et de la publicité ; un monde où le contenu et la publicité sont des éléments essentiels de la vie quotidienne. Personnes anciennement dénommées "consommateursIls ont beaucoup plus de contrôle sur ce qu'ils veulent entendre, voir et regarder à presque tout moment, ce qui signifie tôt ou tardadvertising futures noise content art gerd leonhard TOP que le marketing, la publicité et l'image de marque (et les relations publiques !) doivent devenir des contenus en soi. D'une certaine manière, ce qui est arrivé au secteur de la musique pourrait facilement arriver aux secteurs du marketing et de la publicité, mais heureusement, il y a de bien meilleures façons de s'adapter, car la plupart des activités de marketing sont en train de passer de la gestion de cartels de pièges à souris à des marques devenant des aimants. À l'avenir, ce qui comptera le plus, ce sera une grande histoire - une histoire que les consommateurs ne veulent vraiment pas manquer - et non pas davantage de "grandes interruptions". Cela devient d'autant plus important que les canaux médiatiques se fragmentent de plus en plus et que nous avons une masse de nombreuses niches plutôt que quelques "médias de masse". Le "cont" pourrait également signifier "contexte", c'est-à-dire pertinence, opportunité, utilité - à peu près tout le contraire du marketing traditionnel. Contenu + conversation + contexte = l'avenir de la publicité.

Lisez mes articles sur HBRet le Responsys Blog

8) Humarithmes (Androrithmes) et pensée mécanique

Ces derniers temps, il semble que tout concept et toute entreprise reposant fortement sur l'intelligence artificielle, l'automatisation et les algorithmes intelligents soient une bonne chose (comme en témoigne la récente campagne de Google sur la faim pour l'achat de tenues d'IA), et tout ce qui est basé sur l'humanité, l'imagination et l'intuition (vaguement défini comme "savoir sans savoir") ne l'est pas. La vérité ne pourrait être plus différente : alors que les applications dites "big data" et l'intelligence artificielle basée sur des algorithmes ont clairement un potentiel économique époustouflant en termes d'efficacité accrue et d'intelligence économique inconnue jusqu'à présent, il serait encore absurde de décider de fonder ses décisions critiques uniquement sur ce que certaines données, généralement mal reliées, nous disent, car le plus souvent "nous mesurons la mauvaise chose et donc nous faisons la mauvaise chose".

Ce que l'on appelle l'orgueil du big data n'est que le début de ce que j'aime appeler le "big data". #machinethinking (autre bonne étiquette), c'est-à-dire la croyance que mes produits ou services sont des machines, que mes clients sont des machines, et qu'en fait le monde entier est une gigantesque machine à acheter et à vendre, et que tout ce que j'ai à faire, c'est de trouver une meilleure façon de la programmer. C'est pourquoi j'ai créé le néologisme assez brutal de #humarithmecomme une sorte d'antidote aux algorithmes - à mon avis, tout algorithme étonnant devra être humanisé pour être durable, c'est-à-dire qu'il devra être rendu utile par une interprétation humaine qui puisse réellement lire les données de la base de données. entre les zéros et les uns.

9) Hellven

Un mélange des plus étranges de paradis et d'enfer semble être la nouvelle ligne de fond lorsque l'on regarde de nombreuses innovations technologiques récentes (telles que les Google Glass ou l'Oculus Rift), car nous nous disons souvent que "cela pourrait être génial... ou tout à fait horrible". De la reconnaissance faciale aux drones en passant par l'"internet des objets", tout semble désormais s'accompagner d'une dualité intrinsèque : on apprécie la commodité, mais on craint les nombreux effets secondaires. En voici un exemple GoogleNow: oui, c'est génial de recevoir ces "cartes" découpées avec des rappels personnalisés et des bribes qui comptent vraiment pour moi dans ma journée (sur la base de ce que Google sait de moi... c'est-à-dire tout), des embouteillages à la météo, en passant par l'eau... mais en même temps, GoogleNow montre très clairement que Google me surveille. Paradis ou enfer ?

Il est clair, en tout cas, que je ne suis plus seulement en train de chercher, mais que je suis aussi "recherché". Et ce phénomène est nouveau, en effet, du moins dans cette période exponentielle typique de l'histoire de l'Europe.
Il y a cinq ans, la plupart des innovations majeures étaient simplement utiles, c'est-à-dire qu'elles étaient en quelque sorte paradisiaques (comme le Kindle, Google Maps ou, oui, Facebook) et seuls les utilisateurs un peu plus paranoïaques ou carrément luddites y voyaient un peu d'"enfer". Aujourd'hui, la situation a radicalement changé : presque toutes les nouvelles choses brillantes semblent déjà contenir de vilains démons.

Alors oui, Nest est une innovation cool, mais que se passera-t-il si Google surveille réellement ma consommation d'énergie et transmet ses données à quiconque peut se faufiler sous le capot ? Les Google Glass, c'est cool, mais que se passerait-il si elles enregistraient tout ce qui se passe à moins de 3 mètres de ma copine geek, ou si tous les policiers les portaient ? Une montre-bracelet intelligente pourrait être cool, mais comment ne pas devenir accro à la regarder tout le temps ? Les voitures en réseau, c'est cool, mais que feront-elles de mon dossier de conduite et qui pourrait les pirater pour m'empêcher d'arriver à l'heure ?

#hellventech (étiquette modifiée !) est l'avenir inévitable de la technologie. L'éthique est à nouveau remise en question.

10) Être dans l'instant présent

La technologie nous incite de plus en plus à nous améliorer dans la mission impossible du multitâche ("regardez ça"). offline new luxury futurist gerd leonharden attendant que cela se produise") et d'en savoir toujours plus, de vérifier, de planifier ou, d'une manière générale, d'être plus prévoyants, en particulier sur les appareils mobiles qui deviennent de plus en plus nos cerveaux externes. De ce fait, beaucoup d'entre nous vivent dans une roue de hamster mentale constante de "et après ?" ou de "ce qui se passe ailleurs ?", ce qui nous empêche de nous concentrer sur ce qui se passe réellement à ce moment précis, dans ce lieu précis, avec les personnes qui sont réellement présentes. Pourtant, de nombreuses choses importantes dépendent de notre capacité à rester dans le moment présent : relations, réalisations, apprentissages, révélations, expériences et croyances. Comment résisterons-nous à cette envie folle d'être plus efficaces en étant toujours ailleurs au même moment ? Note : le nouveau hashtag pour ce sujet sera #ITMtendance (à ce jour)

 

 

 

 

 

10 termes et mèmes futuristes utiles : Les néologismes préférés du futuriste Gerd Leonhard - Futuriste, auteur et conférencier Gerd Leonhard

ÉconomiserÉconomiser

ÉconomiserÉconomiser

ÉconomiserÉconomiser

14215

Points de vue


Tags

bulletin d'information

* indique le besoin
dernier livre