Nouveau : Essayez mon AI Bot nouveau film

Big data, big business, big brother (mon nouveau billet invité sur CNN.com)

Lire cet article sur CNN.com  Télécharger le PDF : Big data, big business, Big Brother ? - CNN.com  Version espagnole (via CNN)

"(CNN) - Permettez-moi de commencer par une note humoristique qui a récemment fait surface sur Facebook : "Les Big Data, c'est comme le sexe chez les adolescents : tout le monde en parle, personne ne sait vraiment comment s'y prendre, tout le monde pense que tout le monde le fait, alors tout le monde prétend le faire". Je pense que c'est faux sur les deux plans, en fait : demandez à quiconque a des enfants adolescents, ou à n'importe quel utilisateur de Google qui sait comment épeler "NSA".

Pour les besoins de cette discussion, définissons les "big data" à l'aide de mes 5 V (tirés de Gartner) : la croissance exponentielle des données - vélocité, variété, volume, virilité et valeur. En d'autres termes, c'est un peu comme avant, mais en beaucoup plus grand, plus rapide, plus varié, plus viral et massivement précieux - et c'est dans l'agrégation de ces 5 tendances que réside sa puissance époustouflante. Selon moi, l'importance économique et sociale du Big Data rivalisera avec celle de l'économie pétrolière d'ici 2020 - et les appareils mobiles sont déjà le principal moteur du Big Data, à l'échelle mondiale.

L'adoption mondiale des téléphones intelligents et des tablettes (et bientôt des appareils portables et de l'IdO) est la raison pour laquelle les "entreprises de big data" telles que Google peuvent désormais aller bien au-delà des données simplement observées (suivies) ou volontaires (comme dans les médias sociaux) pour intégrer des données qui peuvent être croisées et déduites, et devenir ainsi beaucoup plus intelligentes. Si l'on y ajoute des approches d'apprentissage profond et d'intelligence artificielle, le concept selon lequel "Google vous connaît mieux que votre femme" n'est peut-être pas si éloigné de la réalité.

Une idée m'a récemment frappé lors d'une de mes présentations : maintenant que nous nous dirigeons rapidement vers 5 milliards de personnes connectées, au niveau mondial, d'ici 2018, et vers un "Internet des objets" qui pourrait ajouter 50 milliards d'appareils supplémentaires (capteurs, wearables, maisons intelligentes, etc.), et vers l'intelligence artificielle qui pourrait apporter le jus de calcul cognitif de centaines d'IBM Watson à la fête, nos opportunités ainsi que les défis augmentent de manière vraiment exponentielle.

Les 6 mèmes qui définissent notre avenir. En 2013, le "big data" a dépassé les "médias sociaux" et le "mobile first" en tant que premier mème, bientôt détrôné par l'"intelligence artificielle", l'"internet des objets" et l'"informatique vestimentaire". J'appelle cela les 6 mèmes parce qu'ils forment un cocktail parfait lorsqu'ils sont mélangés de manière astucieuse. Leur attrait est irrésistible, leur utilisation est tout à fait pratique et souvent très valorisante, leur pouvoir d'accoutumance crée une véritable dépendance - et tous ces éléments combinés nous rendent numériquement nus, que ce soit à dessein ou simplement par des chaînes de conséquences involontaires.

La question n'est pas de savoir si, mais pourquoi et qui.
La réalité est que l'empreinte de nos données personnelles devient aujourd'hui insondablement large, profonde et étendue parce qu'il est devenu (techniquement parlant) tout à fait possible pour chacun et pour tout d'être suivi, enregistré et... exploité. Bientôt, la question ne sera plus de savoir si nous avons les compétences technologiques et la puissance nécessaire pour faire quelque chose, mais pourquoi, quand et où nous devrions le faire (sans parler de l'épineuse question du "qui"). Sophocle a dit "Rien de grand n'entre dans la vie des mortels sans une malédiction" - et je crois que ce sont ces malédictions dont nous devons être plus conscients, en même temps que tous les avantages qu'elles apportent. Qui est responsable de toutes ces données ? Qui contrôle leur destination ? Qui contrôle ceux qui contrôlent ? Qui gouverne réellement l'internet ?

Vivre dans la "machine" ?
J'espère que ce n'est pas le cas, mais c'est peut-être ce que les principaux super-nodes numériques tels que Facebook, TenCent ou Google nous réservent en fin de compte : leurs mondes deviennent si puissants, si beaux, si séduisants et si collants que nous ne pouvons même plus trouver la porte de sortie (et elle est bien cachée, en plus). Nous pourrions donc finir par vivre à l'intérieur de leurs machines, ou pire encore, leurs machines vivront à l'intérieur de nous, comme une sorte d'implant cochléaire chargé de big data (demandez à Ray Kurzweil). Mais vous dites qu'il est impossible d'exister dans le monde d'aujourd'hui sans être "numérique", sans participer à la frénésie mondiale de partage de données, d'images, de vidéos et de mises à jour - même si vous vivez dans les montagnes suisses ou dans une ferme amish. Je pense qu'il s'agit là d'une hypothèse très juste, car il ne semble pas y avoir de porte de sortie dans cette "société en réseau" et il est clair que la technologie n'a pas d'éthique - mais où cela nous mène-t-il, nous, simples mortels ? Je pense que nous, en tant qu'"utilisateurs" ou consommateurs, ne devrions pas être les seuls responsables du maintien de notre vie privée ou de la prévention de notre "obésité numérique" croissante. 99% d'entre nous ne peuvent pas et ne pourront pas le faire ; PGP et Tor sont hors de portée de la plupart d'entre nous.

Data-Oil et Data Spills : normes, lois, technologies, marchés. Mais si les données sont effectivement le nouveau pétrole, ne devrions-nous pas avoir des politiques mondiales, des cadres réglementaires et une éthique commerciale similaires ou, espérons-le, beaucoup plus efficaces qui s'y appliquent ? Ne devrions-nous pas nous efforcer de nous mettre d'accord sur un cadre mondial qui pourrait même empêcher un déversement de données de type "deepwater horizon" à l'avenir ? Larry Lessig, de Berkman, a raison lorsqu'il dit que nous avons besoin de normes, de lois, de technologies et de marchés pour faire face à l'énorme pouvoir que les "6 mèmes" nous confèrent. Pourtant, à l'heure actuelle, la plupart des utilisateurs sont comme des enfants jouant avec des armes de poing, et les BigDataCo se comportent comme des enfants dans un magasin de bonbons. Pouvons-nous vraiment faire confiance à ces nouvelles entreprises de pétrole de données, à ces mastodontes de l'exploitation intelligente des données, pour ne pas succomber à la tentation de nous instrumentaliser, pour ne pas utiliser leurs armées de serveurs et leurs puissants algorithmes aux fins de "monétisation" les plus néfastes, et pour ne pas utiliser ces mêmes informations pour soutenir, tacitement ou non, la création d'États de surveillance parfaits ?

La réponse est : probablement pas - et ce n'est pas seulement une conséquence de leur obsession capitaliste de maximiser les profits, mais aussi du fait que les lois nationales l'emportent sur tous les droits que les utilisateurs mondiaux peuvent penser avoir. Rappelons qu'environ 90% de l'infrastructure clé de l'internet (recherche, nuages, hébergement, portails, etc.) est basée aux États-Unis et donc soumise à des lois quasi-orwelliennes telles que le PATRIOT Act et la FISA, ce qui rend pratiquement impossible le respect des lois (et des normes ou cultures) des utilisateurs d'autres territoires tels que l'Europe, le Brésil ou l'Inde. La Chine et la Russie sont les prochaines à vouloir contrôler l'internet, ce qui n'augure rien de bon pour les "anciens consommateurs" qui doivent pouvoir faire confiance aux fournisseurs avant d'adapter véritablement le commerce électronique, l'argent numérique, la santé en ligne ou l'éducation en ligne.

L'essentiel est là : Le Big Data a un potentiel énorme pour tout le monde, et avec les 5 autres mèmes, il pourrait être extrêmement bénéfique pour tout le monde sur cette planète. Mais si le Big Data est synonyme de Big Brother partageant le butin avec les grandes entreprises, alors il s'agira d'un Big Rip-Off pour le reste d'entre nous. C'est maintenant qu'il faut s'attaquer à ces problèmes"

Vidéo connexe : Ross Dawson et Gerd Leonhard discutent des BigData

 

Quelques images en rapport

 

6464

Points de vue


Tags

bulletin d'information

* indique le besoin
dernier livre