Nouveau : Essayez mon AI Bot nouveau film

Via Fernando del Rio : 10 Términos Y Expresiones Futuristas - Los Neologismos Favoritos Del Futurista Gerd Leonhard (Traduction espagnole de mes 10 mèmes préférés)

Grâce à mon entreprise, à savoir L'agence du futur(TFA), Fernando del Rio Nous disposons désormais d'une bonne traduction en espagnol de mon récent article - et malgré sa longueur, assez populaire - avec ma 10 termes et mèmes futuristess. Fernando del Río s'occupe également du nouveau site de la TFA. Fil Twitter en espagnol. Lire cet article sur la Blog TFA.

Télécharger la version PDF en espagnol :  10 Términos Y Expresiones Futuristas : Les néologismes préférés du futuriste Gerd Leonhard

Télécharger la version originale en anglais : 10 termes et mèmes futuristes utiles : Les néologismes préférés du futuriste Gerd Leonhard - Futuriste, auteur et conférencier Gerd Leonhard

"Hace poco me encontré con el post de George Dvorsky en io9.com titulado "20 termes clés que tout futuriste du XXIe siècle doit connaître".. La semaine dernière, j'ai pensé que je devais également partager ma propre liste de termes et d'expressions que j'ai bien créés, appris à l'avance, développés ou mélangés. L'autorité certifiée de ces mèmes est probablement moins importante, et même souvent difficile à définir (rappelons l'expression "les données sont le nouveau pétrole", "les données sont le nouveau pétrole"). C'est pourquoi il n'y a pas lieu de m'attribuer ces termes qui ne sont clairement pas les miens.

Pour certains de ces termes, j'utilise un hashtag de Twitter afin que vous puissiez trouver facilement les messages qui s'y rapportent. Vous pouvez également lire en détail mes mises à jour sur les conférences que nous avons partagées sur GerdFeed.com pour approfondir ces sujets ou découvrir de nouveaux termes que nous développons.

1) L'emploi.

Un grand nombre de recherches récentes prédisent qu'une grande partie des tâches répétitives et très exigeantes, comme les contables, les caisses de supermarchés ou même certains analystes financiers, seront bientôt automatisées et remplacées par des machines.¿Cómo ? Ces tâches seront gérées de plus en plus par des logiciels intelligents et des robots, des machines intelligentes et des "assistants numériques" (qui surpassent de loin ce que Siri d'Apple ou Cortana de MSFT peuvent faire aujourd'hui).

On parle parfois d'"intelligence artificielle fondamentale", qui est déjà utilisée par des produits comme GoogleNow ou par des entreprises comme Narrative Science Inc, dont le logiciel construit (c'est-à-dire écrit) des articles pour Forbes. Les dispositifs de diagnostic médical à distance comme Scandau constituent un autre exemple.

Si les machines et les logiciels peuvent finalement conquérir ces emplois dans un avenir proche, nous devrons peut-être redéfinir ce que signifie "travailler" ou "gagner sa vie". Cela représentera un changement énorme, non seulement pour les travailleurs et les employeurs, mais aussi pour les gouvernements et les institutions éducatives.

Mon néologisme #workupation décrit cette fusion prochaine entre "trabajo" et "ocupación" (uniendo los términos en inglés de "work" y "occupation"), et se réfère à un futur dans lequel aquello que hacemos, lo que nos ocupa, puede sencillamente convertirse en nuestro "trabajo". Par exemple, je m'occupe de faire en sorte que ma communauté soit plus sûre en développant la collaboration entre les citoyens et les gouvernements locaux, et cela est considéré comme le "travail" que j'ai choisi et pour lequel je suis rémunéré en tant que partie d'un service tel qu'un loyer minimum garanti. Comment ? Nous imaginons un "dépôt d'argent" auquel je pourrais accéder, de sorte que je serais libre de me consacrer aux tâches que je juge utiles. Les musiciens, les artistes, les écrivains, les activistes, les entrepreneurs, les techniciens et d'autres encore pourraient bénéficier d'un formidable élan grâce à ce changement de la conception du "travail pour gagner sa vie", en faveur de la notion de "workupation". Il ne faut pas oublier que de cette manière, le problème du chômage structurel, et en particulier le chômage lié à l'automatisation et au progrès technologique, pourrait être partiellement résolu.

Associer un salaire à un travail serait vraiment différent de la façon dont nous gagnons notre vie aujourd'hui, car paradoxalement, nos emplois seraient privés de la monétisation. Le pays dans lequel nous vivons, la Suède, a débattu d'un éventuel loyer de base incondionnel qui garantirait une allocation mensuelle à chaque citoyen. No estoy seguro del todo de que este enfoque sea sostenible desde el punto de vista financiero, y de hecho puede ser víctima de abusos, pero bueno, ya veremos...

Plus d'informations sur ce sujet dans mon post sur Guardian sobre "Le futur de la connaissance dans l'ère prochaine des machines intelligentes". O en el post sobre el Futuro del Trabajo, en español.

2) Obésité numérique.

Avec une quantité croissante d'informations, de données, de moyens de communication et toute une série de contenus accessibles depuis n'importe quel endroit et à un prix beaucoup plus bas (bueno.... la plupart des contenus sont "gratuits" ou "semblent gratuits"), beaucoup d'entre nous se sont transformés en une espèce d'adeptes des flux constants d'informations, de mises à jour et de notifications. Nous constatons de la même manière que les aliments basiques, l'azote et les produits de consommation courante nous donnent toujours envie d'en savoir un peu plus - c'est le cas de la relation un peu surprenante entre les endorphinements et les estampilles des médias sociaux.

Une chose est sûre : le volume et la vitesse croissante des "choses" et de l'information dont nous sommes bombardés chaque minute sont de plus en plus difficiles à gérer. La haute interactivité mondiale à moindre coût, associée à des appareils mobiles bon marché (mais toujours aussi puissants) et l'omniprésence des réseaux et des médias sociaux augmenteront probablement ce qui est déjà une consommation courante d'informations : elles sont bon marché/gratuites et sonnent bien ! Résultat : nous deviendrons des "obèses numériques".

Beaucoup d'entre nous (y compris moi jusqu'à présent) sont toujours disponibles et connectés. Certaines études récentes suggèrent que les personnes travaillent davantage en relation avec un 20% qu'avant la révolution SoLoMo (social-local-móvil). L'"obésité numérique" qui en résulte présente clairement de graves risques pour la santé mentale, la créativité, la productivité et le bien-être en général (et je suis personnellement confronté à ce problème). Par conséquent, notre régime d'information numérique et de médias doit être modéré et géré de la même manière que notre régime alimentaire : plus ne signifie pas mieux, ni tampoco plus rapide. Il est probable qu'une approche "tout ou rien" ne fonctionnerait pas. Par conséquent, comment pouvons-nous rester au jour le jour et nous maintenir dans les temps, alors qu'en même temps nous devons être "dans l'avenir" ? Et en même temps, ¡estar offline se está convirtiendo en un nuevo lujo !

Lectura relacionada : mi post FastCoExist sur la façon dont les entreprises technologiques sont en train d'"engloutir" l'obésité numérique. De plus, l'épisode de TheFutureShow intitulé "Le hors ligne est le nouveau luxe.

3) Guerres de données.

Le terme le plus populaire que j'ai appris à utiliser (ou à mélanger) depuis 2013, lors du "Verano Snowden". En convertissant les données en nouveau pétrole et en augmentant éventuellement la valeur économique des combustibles fossiles (environ 8 milliards de dollars par an), il se convertira tambour battant en principal générateur de guerres (numériques) ou d'autres séries de conflits. Un exemple évident est la "guerre" que la Commission européenne a déclenchée contre l'idée de Google selon laquelle "tout ce qui passe doit être connu" (pour reprendre un terme du livre de Dave Eggers "The circle"). C'est clair : les données sont un pouvoir, plus de données sont un plus grand pouvoir... et les données connectées de manière intelligente et en réseau sont le dernier pouvoir. Google/Facebook et les autres entreprises veulent être capables d'enregistrer tout cela.

Un violent désenchantement du rêve pendant lequel nous régalons nos données personnelles en échange de l'utilisation de ces applications si pratiques dans un cadre de "marchandages faustiens" sin fin ocurrió cuando Snowden destapó el escándalo de PRISM y la NSA en el verano de 2013 (lee mi artículo "Pourquoi la question de PRISM change-t-elle la donne ?, de 2013).

Aujourd'hui, il est clair que nous sommes arrivés à un point d'inflexion et que les cartes ont été placées sur la table : nous (les utilisateurs) avons été instrumentalisés, comme le dit un autre dicton populaire : "si tu ne paies pas, tu es le contenu". Bien que cela puisse ne pas être évident pour une grande partie de la société (au moins aux États-Unis ou au Royaume-Uni, semble-t-il), je pense que ce dilemme deviendra évident pour tout le monde lorsque de nouveaux "Fukishimas de datos" se produiront (et ce n'est rien d'autre qu'une question de temps). Les guerres de données sont là pour durer et, à mon avis, il est urgent d'adopter des accords de non-prolifération des données à l'échelle mondiale. En outre, l'Internet des choses, ou, en d'autres termes, l'Internet de tous, va bientôt envahir le monde, avec des millions d'appareils connectés, des voitures aux camions en passant par des semelles équipées de capteurs environnementaux, qui suivront littéralement tout ce qui se passe, dans n'importe quel endroit, y compris dans nos maisons. Une législation mondiale sur la protection des données est indispensable, à mon humble avis, car je ne pense pas qu'il soit possible d'arrêter cette tendance ou même d'en freiner la croissance. Si la technologie n'a pas d'éthique, qui nous garantira que nous ne finirons pas dans un monde qui n'en a pas ?

4) Contrôle des données personnelles, ou "DataMyning".

Les révélations de Snowden sur la NSA en 2013 ont enflammé quelques personnes et en ont inquiété beaucoup d'autres sur l'archivage de leurs données aux États-Unis, où toutes les entreprises technologiques pourraient être victimes d'une lecture de plus en plus totale du Patriot Act et d'autres lois promulguées après le 11-Septembre. De plus en plus, les citoyens, les entreprises et les gouvernements veulent s'assurer que leurs données leur appartiennent en propre, et c'est là que #datamyning entre en jeu. J'ai découvert ce néologisme ingénieux en 2013, sur Trendwatching.com, et j'ai commencé à l'utiliser de plus en plus fréquemment, car je pense qu'il s'agit d'une tendance qui va durer. J'ai éprouvé un intérêt croissant pour les technologies qui promettent de protéger la confidentialité (comme ProtonMail, OwnCloud, Spideroak, Blackphone, etc., que j'ai testées et que j'utilise actuellement), mais compte tenu des coûts, les privilégiés seront-ils les seuls à pouvoir permettre un anonymat total, à comprendre leur confidentialité ou à "MYne" (apropiarse de) leurs données ? Dans un avenir proche, nous pourrions voir un résultat inattendu de la loi de Moore : que seuls ceux qui disposent de ressources importantes puissent encore bénéficier d'une confidentialité absolue, un scénario qui fait peur et qui, peut-être, ajoutera une nouvelle dimension au débat sur la différence de traitement.

Les plus chanceux sont ceux qui n'ont pas besoin d'être sur les réseaux sociaux parce qu'ils n'ont pas besoin d'un réseau social puissant pour vendre, ceux qui peuvent se permettre d'avoir un interlocuteur qui leur apporte leur courrier et leurs services... les autres peuvent éventuellement s'effondrer devant les plaisirs des "sirènes de l'internet" (comme l'appelle Jaron Lainer), parce qu'elles ne peuvent pas résister, ne connaissent rien de mieux, ne s'inquiètent pas et ne peuvent pas permettre autre chose.

5) "Broadbanding".

1TP7La radiodiffusion décrit la tendance à utiliser la bande passante et la connexion à l'internet comme complément (ou plutôt comme alternative plus puissante) à la diffusion classique de contenus, ou "radiodiffusion" en anglais. Hulu, le reproducteur de la BBC, Netflix et le Suizo Wilmaa (très cher) peuvent rivaliser avec la télévision par câble ou par satellite. Google News et d'autres applications rivalisent avec la presse écrite, Flipboard avec les revues, et Pandora a déjà remplacé en partie la radio terrestre. Le "broadbanding" est un sérieux obstacle à l'ancienne "radiodiffusion", et la seule solution (pour les deux) est la convergence. Aujourd'hui, les utilisateurs des moyens de communication ne sont plus de simples récepteurs d'informations d'en haut, ils cessent d'être des consommateurs passionnés de contenus facilement monnayables. L'interactivité est de plus en plus importante, et donc la personnalisation. Les chaînes et les études de télévision du monde entier commencent à prendre conscience du fait que plus les gens sont connectés à l'internet à grande vitesse, aux réseaux sociaux et surtout aux appareils mobiles, plus leur ancien "monopole de l'attention" est menacé. Les marchés de masse traditionnels, énormes et très lucratifs, se transforment en une masse globale de niches de marchés, et la télévision est en train d'être absorbée rapidement par l'internet. La télévision n'est plus un produit en soi (un boîtier ou un appareil), c'est désormais un service ou une expérience, et elle vit dans le nuage. Les mondes de la télévision et de l'internet s'unissent, ce qui constitue une bonne nouvelle pour la télévision et l'industrie cinématographique !

6) #TeleMedia.

Les télécommunications, les médias, l'entretien, la télévision et la radiodiffusion restent des secteurs plus ou moins séparés, avec de grandes entreprises centrées sur l'infrastructure et les réseaux, et des sociétés d'entretien centrées sur la production de contenus et leur distribution payante. Aujourd'hui, alors que la bande passante mobile s'étend à tout le monde et que les sociétés de médias de communication sociale jouent le rôle des chaînes de radio et de télévision (nous sommes le contenu), nous nous dirigeons vers un monde où les télécommunications/TIC et les différents médias de communication convergent. C'est l'avenir des "télémédias". Les entreprises de télévision par câble sont en train de perdre leur bataille auprès des "millenials" (ou génération Y), alors que ceux-ci préfèrent acheter des séries directement sur leurs mobiles, tablettes ou télévisions par le biais de canaux tels que Netflix ou Hulu. Alors que les gens regardent "House of Cards" ou "Lilyhammer" sur leurs iPads ou leurs tablettes, la télévision sociale pourrait devenir un énorme marché qui émergera de la convergence de l'entreprise TeleMedia. Les entreprises de télécommunications, les fournisseurs de services internet et les opérateurs ont besoin de créer un nouvel écosystème avec les producteurs de contenus et les distributeurs. L'interdépendance est l'avenir.

7) Fusión del contenido con la publicidad, o "Contversting".

#conversting est mon propre acronyme qui décrit la convergence prochaine du contenu et de la publicité (d'où le néologisme "contversting", de l'union des mots en anglais "content", ou contenido, et "advertising", ou publicidad). Nous nous dirigeons vers un monde où le public, autrefois appelé "consommateur", contrôle beaucoup plus ce qu'il écoute et voit la majeure partie du temps, ce qui signifie que le marketing externe, la publicité et les marques (¡y también las relaciones públicas !) doivent se convertir en contenu. En cierto modo lo que le hacurrido al sector de la música podría fácilmente pasarle a los sectores del marketing y de la publicidad, pero afortadamente tiene que haber formas mucho mejores para hacer esta adaptación, car la majeure partie du marketing est en train de passer d'une situation de "carrières de rats" à une situation où les marques se convertissent en images, offrant des contenus adaptés au moment opportun.

Dans le futur, une bonne histoire (que les consommateurs ne veulent pas perdre) est qu'il n'y aura pas de grandes interruptions. La fragmentation des canaux de diffusion des médias et l'existence d'une masse d'un grand nombre de consommateurs différents face à un petit nombre de "médias de masse" rendront la chose encore plus importante. Le contenu en question, bien sûr, pourrait être adapté au contexte, ce qui signifierait pertinence, utilité et opportunité, ce qui est très différent de ce qu'a été le marketing traditionnel. Contenu + conversation + contexte = l'avenir de la publicité.

Puedes leer mis posts relacionados en HBR y en Blog de Responsys.

8) Les "humanités" et la pensée mécanique.

Il semble que tout concept ou projet basé sur l'intelligence artificielle, l'automatisation ou les algorithmes intelligents soit bon (comme le montre la récente campagne de Google pour racheter des entreprises d'intelligence artificielle), alors que toute chose qui est basée sur l'humain, l'imagination ou l'intuition (vaguement définie comme "savoir sans savoir") ne l'est pas. La réalité ne saurait être plus différente : les applications dites de big data et d'intelligence artificielle basées sur des algorithmes ont clairement estimé le potentiel économique et augmenté l'efficacité. C'est vrai, mais aujourd'hui encore, il serait inopportun de fonder ses propres décisions critiques uniquement sur ce que nous disent quelques données vaguement reliées, car habituellement, "nous mesurons la variable de manière équivoque et nous prenons la décision de manière équivoque".

L'arrogance de l'appellation big-data n'est que le début de ce que j'aimerais appeler la pensée mécanique, ou #machinethinking, c'est-à-dire la croyance en un produit ou un service "comme une machine", que nos clients et nos utilisateurs sont des machines, que le monde entier est une gigantesque machine à comprimer et que, par conséquent, il faut savoir comment la programmer au mieux. Pour répondre à cette question, j'ai créé le néologisme de #humanoritmos (#humanrithms), qui constitue une sorte d'antidote aux "algorithmes". À mon avis, tout algorithme fascinant doit être humanisé pour avoir un sens, et pour cela il doit être utile à l'interprétation humaine qui peut réellement lire entre les ceros et les unos.

9) Hellven, o Cielofierno.

Un mélange un peu extravagant entre "le ciel" et "l'enfer" apparaît lorsque l'on regarde un grand nombre d'innovations technologiques récentes (comme les Google Glass ou l'Oculus Rift). Parfois, nous nous retrouvons à dire ce que ces innovations ont d'incroyable... ou à exprimer notre horreur. Tout ce qui vient, de la reconnaissance faciale aux drones, en passant par l'Internet des objets, montre que nous sommes confrontés à cette dualité, celle d'apprécier la commodité et la fonctionnalité, tout en se préoccupant de leurs effets secondaires. Un cas à mentionner est celui de GoogleNow : oui, c'est génial d'avoir ces "cartes" avec des informations personnalisées et des enregistrements qui ont vraiment un sens au moment où on les lit (basé sur ce que Google sait sur moi), des alertes de trafic aux recommandations sur les restaurants, mais en même temps, avec GoogleNow, je me rends compte que Google sait tout sur moi. Le ciel ou l'enfer ?

Ciertamente en cualquier caso ya no estoy solo "buscando", también estoy "siendo buscado". Ce phénomène est nouveau, du moins dans le mode exponentiel du monde numérique : il y a cinq ans, la plupart des innovations importantes étaient simplement utiles (comme Kindle, Google Maps ou Facebook), et seuls les plus paranoïaques ou les plus audacieux voyaient un "danger" en elles. Aujourd'hui, la situation a radicalement changé : presque toutes les nouvelles choses intéressantes semblent venir avec un ou deux petits problèmes à l'intérieur.

En effet, Nest est une innovation intéressante, mais que se passera-t-il si Google surveille ma consommation d'énergie et que mes données se retrouvent entre les mains de qui ne veut pas ? Les gafas de Google se déplacent, mais que se passera-t-il si Google enregistre tout ce qui arrive à ma fille, ou si la police les lève ? Un téléphone intelligent semble bien, mais comment faire pour ne pas l'utiliser et ne pas le regarder tout le temps ? En ce qui concerne les voitures en rouge, c'est une très bonne idée, mais qu'en est-il de mes enregistrements de conduite et qui pourrait les pirater pour empêcher que je me rende à temps à mon lieu de destination ?

#hellventech es esencial para el futuro de la tecnología. Un défi pour l'éthique, une fois de plus.

10) Être à l'instant présent.

La technologie nous pousse de plus en plus à nous améliorer et à nous améliorer dans la mission impossible du multitarea, à constamment "trouver plus", à comprendre, à planifier ou, en général, à être plus orientés vers l'avenir et les pas à venir, en particulier dans les appareils mobiles qui se transforment de plus en plus en nos "cerveaux externes". Cela a pour conséquence que beaucoup d'entre nous vivent dans une constante "rueda de ratón mental" de "y qué viene ahora" ou "que está pasando en no sé dónde", haciendo mucho más difícil concentrarnos en el aquí y en el ahora. Pourtant, beaucoup de choses très importantes dépendent de notre concentration sur le moment présent : relations personnelles, compréhension, apprentissage, expériences, croyances. Comment résister à cette urgence d'être de plus en plus efficace en étant dans différents lieux au même moment ?

Le hashtag pour ce dernier concept est #ITMtrend..."

 

 

4925

Points de vue


Tags

bulletin d'information

* indique le besoin
dernier livre