Nouveau : Essayez mon AI Bot nouveau film

Les médias sociaux ruinent-ils le discours politique (à lire absolument via The Atlantic)

LECTURE GÉNIEUSE et provocatrice - merci Jay-David.

"YouTube est conçu pour vous attraper et ne plus vous lâcher. Parfois, j'accède au site juste pour regarder une chose, mais une des vidéos connexes attire mon attention. Je la regarde, puis une autre et encore une autre, et bientôt une visite de cinq minutes s'est prolongée. S'il s'agit d'une demi-heure de bandes-annonces de films, je me laisse aller à un plaisir coupable. Mais que se passerait-il si je suivais un lien vers "Q-Le plan pour sauver le monde"et a fini par rester pour un des vidéos de conspirations farfelues les unes après les autres ? Les liens associatifs de YouTube sont conçus pour que je continue à cliquer et à regarder. Il a transformé en un mécanisme d'endoctrinement politiquesuggérant, à force de répétition, qu'une cabale internationale menace de s'emparer du monde"

(Gerd) Le concept FLOW est très utile :

"La propagande n'a rien de nouveau ; elle apparaît dans les pamphlets, les livres et les journaux pratiquement depuis l'invention de l'imprimerie. Mais les médias sociaux semblent particulièrement propices à la diffusion de la désinformation. Cela s'explique par le fait que les médias sociaux engagent les spectateurs d'une manière que les concepteurs appellent "flux", une idée psychologique adoptée comme stratégie de conception numérique par les jeux vidéo. Le flux s'attache à faire passer l'utilisateur d'un élément à l'autre, de manière répétitive, en recherchant la gratification dans l'acte de consommation du média plutôt que dans l'engagement avec son contenu. Lorsque des programmes tels que Facebook, Twitter et YouTube sont utilisés pour diffuser des messages politiques, ils entraînent le flux dans le processus politique, même si les messages qu'ils véhiculent sont véridiques et non conspirationnistes. Cela fait de ces médias une menace pour le discours politique cohérent de l'ère de l'imprimé".

"Une présence sur Twitter est presque devenue une exigence professionnelle pour les chroniqueurs et les experts. YouTube peut également être une ressource éducative précieuse avec des vidéos de tables rondes politiques, de conférences universitaires, de cours et d'interviews. Mais la conception de ces médias, axée sur le flux, empêche tout débat approfondi. Lorsque l'économiste libéral Paul Krugman a tweeté une critique sur l'incohérence des politiques républicaines en matière de taux d'intérêt, par exemple, la plupart des réponses (plus de 100) n'étaient que des commentaires dérisoires sur l'hypocrisie républicaine - des messages créés pour tirer du plaisir de la riposte en ligne plutôt que pour défendre une position particulière.

En revanche, les billets de blog et les articles des journaux et magazines en ligne ne sont pas des médias de flux ; ce sont des extensions numériques du type d'écrits politiques qui caractérisaient les journaux et revues imprimés aux 19e et 20e siècles.Les lecteurs peuvent avoir la possibilité de faire des commentaires à la fin de l'article, mais leurs réponses ne contribuent pas au flux et à l'engagement de la même manière. Même les nouvelles et les commentaires formels se transforment souvent en aliments pour le flux, comme lorsque les gens publient sur les médias sociaux des réactions instinctives à des articles qu'ils n'ont même pas lus, en se basant uniquement sur le titre..."

En savoir plus : Les médias sociaux ruinent le discours politique par JAY DAVID BOLTER

Médias sociaux et pourquoi j'ai quitté Facebook

3700

Points de vue


Tags

bulletin d'information

* indique le besoin
dernier livre